UN NOUVEL ARTICLE ? SOYEZ AVERTIS PAR MAIL !

dimanche 25 octobre 2015

Afin qu'ils ne soient pas morts pour rien...

     Le terrible accident de Puisseguin suscite, au delà de l'émotion un début de polémique qualifiée d'indécente et de déshonorante par certains. Sur les réseaux sociaux des visuels plus ou moins bien inspirés circulent. L'heure est au deuil et au recueillement, soit. Les victimes et leurs proches méritent le plus grand respect, soit. L'enquête sera longue, soit.

          Ceci dit, l'on ne s'y prendrait pas mieux si l'on voulait ne pas parler des problèmes. Opposer le respect des victimes d'une tragédie de la route et la souffrance de leurs familles à un possible débat sur les choix gouvernementaux en matière de transports publics est le moyen le plus sûr de clore ce débat avant même son ouverture. La méthode ne date pas d'hier et elle procède des moyens les plus basiques de la manipulation : mettre l'accent sur les émotions pour éviter toute réflexion. Nicolas Sarkozy était un expert en la matière, mais il y en a bien d'autres...

          Si on ne peut honnêtement affirmer qu'en maintenant le réseau ferré d'après-guerre et sans l'actuelle réforme ferroviaire les passagers du bus accidenté à Puisseguin ne se seraient pas trouvés sur la route, on peut néanmoins se questionner sur la circulation des marchandises sur de longues distances qui a contribué à cette terrible tragédie. Transporter du bois nécessite forcément l'usage de camions, mais avec des structures ferroviaires ad-hoc, il serait possible d'assurer un ferroutage ne contribuant pas seulement à réduire la pollution, mais rendant le routes plus sûres et les chauffeurs plus prudents. Ce serait injurier la mémoire des victimes de l'accident de Puisseguin que de tout ramener à l'élargissement des chaussées et à la création de ronds-points. Le tout automobile est une mode d'une autre époque. Il serait grand temps que ceux qui nous gouvernent le comprennent !

Jn-Mc 


Source Illustration : Facebook

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire