UN NOUVEL ARTICLE ? SOYEZ AVERTIS PAR MAIL !

mercredi 17 juin 2015

6 mois pour le Régime Local

LE PCF LANCE L’INITIATIVE : « 6 MOIS POUR LE REGIME LOCAL »
 d’Assurance Maladie d’Alsace-Moselle
 
     Un haut niveau de protection sociale avec un remboursement à 100 % des soins est une ambition conforme aux exigences de notre temps. C’est le projet que portent les Communistes. Des ressources existent pour financer cette sécurité sociale, 70 ans après sa création.
 
     En Alsace-Moselle l’existence d’un Régime local d’assurance maladie est un acquis précieux auquel la population est légitimement attachée, car il permet un meilleur niveau de remboursement financé par une cotisation payée par les salariés-es. Les Fédérations du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de Moselle affirment leur attachement au Régime local d’assurance maladie et à sa nécessaire consolidation.
 
     Or au 1er Janvier 2016, la loi dite -à tort ! - de "sécurisation de l'emploi", adoptée il y a deux ans quasiment jour pour jour (14/6/2013) – loi que les parlementaires communistes ont combattue – va rendre obligatoire la mise en place dans tout le pays, pour tous les salariés, de "Complémentaires santé obligatoires".
 
     Contrairement au Régime local, ces « Complémentaires santé obligatoires », certes financées en partie par l’employeur, ne couvriront que les salariés et non pas les ayants-droits, les retraités (1), les chômeurs de longue durée, les invalides. De plus, comme le Régime local couvre déjà les  trois quarts des prestations que ces complémentaires sont censées couvrir, les employeurs de nos trois départements paieront des cotisations très inférieures à celles dues dans le reste du pays. Ce qui n’est pas acceptable.
 
Dans ces conditions, les communistes proposent :
  • D’aligner le taux de cotisation des employeurs des 3 départements sur celui qui sera appliqué dans le reste du pays
  • D’exiger que cette part de cotisation soit versée par les employeurs au Régime local, selon les mêmes principes que pour les salariés, c’est-à-dire avec un taux de cotisation sur salaire déplafonné
  • De permettre ainsi au Régime Local de rembourser à 100% les soins courants, et d’élargir ses prestations avec la prise en charge des frais d’appareillage (optique,  dentaire, auditif…)
    
     Cette proposition des communistes d’Alsace-Moselle, portée nationalement par le Parti Communiste Français, permettrait de consolider et de renforcer les mécanismes de solidarité contre les logiques assurantielles. Elle permettrait également un élargissement des prestations et elle s’articule parfaitement à notre volonté de mise en place d’un système de protection sociale de haut niveau, ambitieux et solidaire pour toutes et tous dans le pays.
 
     Il est indispensable qu'avant la mise en place de ces « Complémentaires santé obligatoires »,  les assurés du Régime local obtiennent des garanties (législatives) claires quant à la pérennité effective de leurs droits.
 
     Le Parti Communiste Français s’engage dès aujourd’hui  dans une campagne d’initiatives : "6 MOIS POUR LE RÉGIME LOCAL" d'Assurance Maladie Alsace-Moselle qui s'inscrit dans le cadre d'une campagne nationale pour une protection sociale ambitieuse et solidaire incluant la défense des conquêtes propres à nos trois départements. Elle passe par des initiatives multiples d’explication, de contacts et rencontres.  Nous nous retrouvons largement dans les positions de l’intersyndicale CGT CFDT CFE-CGC  CFTC UNSA que nous discuterons avec notre groupe parlementaire dans les deux chambres de façon à traduire ces  préoccupations et propositions sur le terrain législatif.
 
     Ces propositions sont de nature à rassembler toutes celles et ceux qui sont attachés au « Régime Local ». 
 
 
1. François Hollande vient d’annoncer (12/06/2015) son intention de faire également bénéficier les retraités de ces complémentaires « d’ici 2017… ». D’une part, l’expérience nous rend prudents concernant les promesses de l’intéressé, et d’autre part et surtout, cela ne change rien à la nature profonde de cette « réforme » qui s’inscrit dans un processus de privatisation de la protection sociale.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire