UN NOUVEL ARTICLE ? SOYEZ AVERTIS PAR MAIL !

dimanche 15 juin 2014

The country without lies, please...

 
 
     De Brumath à Mertzwiller, un festival chasse l'autre et nous voilà, l'espace d'un week-end revenus au temps de la Conquête de l'Ouest et de la réécriture de l'Histoire qui va avec, car comme chacun sait : les gentils c'étaient les colons qui risquaient à tout instant leurs vies  et les méchants c'étaient les indiens armés jusqu'aux dents ! Buffalo Bill était un héros du modernisme épris de liberté  et Sitting Bull un arriéré tellement peu partageux ! C'est vrai, j'exagère un peu, mais que de foutaises et calembredaines faut il parfois entendre à l'occasion de ces événements festifs...
 
     La Conquête de l'Ouest s'est faite au prix du sang des populations locales, faut il le rappeler ! Ce génocide physique et culturel ne s'est pas arrêté au 19ème siècle ; il se poursuit au 21ème, cela dans le prétendu et autoproclamé Plus Grand Pays des Libertés pourtant si mal classé en termes de liberté de la presse...


     Sans pour autant sombrer dans l'antiaméricanisme primaire, il est néanmoins important de remettre les événements dans leur perspective historique. S'il est actuellement de bon ton de commémorer le 70ème anniversaire du Débarquement en Normandie en éclipsant l'effort fourni par l'URSS sur le Front de l'Est et jusqu'à Berlin, ainsi n'est il pas inutile de rappeler que derrière tout le folklore des festivals de country et autres réjouissances au peanut butter existe une histoire beaucoup moins reluisante que la féérie façon Disney.

     Alors, le country pourquoi pas, mais sans additifs ni exhausteurs de goût : la véritable histoire, toute crue même si on préfèrerait parfois ne pas y croire...

Jn-Mc

    
Sources Illustrations :
http://www.arcturius.org/chroniques/?p=9398
http://www.voxnr.com/cc/di_antiamerique/EFApyFEAkkblbWWCXc.shtml
 
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire