UN NOUVEL ARTICLE ? SOYEZ AVERTIS PAR MAIL !

vendredi 25 octobre 2013

Ultraliberalismus ? Schmutzig Schweinerei !


     Dans un précédent article, nous nous étions déjà penchés sur l'imposture du modèle allemand.  Cette fois-ci, ce n'est plus d'imposture qu'il est question mais bien d'abandon des responsabilités de l'Etat envers ses citoyens au profit du système inhumain et des manigances terroristes de l'internationale de la finance.
 
     Jugez-en vous-mêmes en lisant l'article publié le 24/10/2013 par Francis Wurtz sur son blog :
 
L’ALLEMAGNE EST-ELLE « KAPUTT » ?
 
     « Réseau ferré vétuste ; ponts ferroviaires barrés; trains rapides immobilisés;  écoles et universités négligées ; réseau électrique inadapté à la transition énergétique…La puissance industrielle dominante en Europe fait des économies là où il faudrait investir ! « L’un des trois plus grands quotidiens allemands, la « Suddeutsche Zeitung », ne mâchait pas ses mots, l’autre jour , n’hésitant pas à barrer sa « une » d’un tonitruant « Kaputt » pour caractériser l’état des infrastructures publiques outre-Rhin (1). Une double page intérieure en dressait un tableau sans complaisance, agrémenté de jugements alarmistes d’experts et de chercheurs de renom. Il faut saluer ce courageux accès de lucidité qui a le mérite de torpiller maintes idées reçues sur le « modèle allemand » et surtout celui d’illustrer crûment l’étendue des effets pervers de l’obsession de la réduction des dépenses publiques dont Madame Merkel s’est faite l’irréductible avocate. Qu’on en juge.
 
     Le journal cite un nombre impressionnant d’exemples justifiant ce cri d’alarme: tel pont autoroutier interdit aux poids lourds pendant trois mois en raison de dangereuses fissures;  telle ligne de tram fermée faute de crédits pour sa rénovation;  tel canal fermé à la circulation pendant 10 jours faute d’entretien; telle voie maritime rendue impraticable pour la première fois depuis 1885 du fait de déficiences techniques, et contraignant des centaines de gros navires à faire un long détour ; la gare de Mayence obligée de paralyser un poste d’aiguillage pendant tout un mois par manque de personnel… « L’Allemagne est en train de s’user » note le journal « Car les dépenses pour l’entretien et le développement des infrastructures ont reculé de près d’un tiers en 20 ans, relativement aux richesses produites ».
 
     Ainsi, concernant le système de formation, il manque 25 milliards d’euros par an pour que l’Allemagne atteigne le niveau moyen des dépenses des pays de l’OCDE ! Pour ce qui est des chemins de fer, la direction reconnait que « d’urgence », 1400 ponts ferroviaires nécessitent des travaux . Plus généralement, selon les auteurs de l’enquête, sur les 34000 km de voies du pays, il est « visible que l’on se contente d’huiler quelques aiguillages et de changer quelques vis »! Sans une revalorisation conséquente des dépenses, le retard pris serait difficilement rattrapable. Pour la remise en état des routes principales, les besoins sont évalués à 4,7 milliards de plus par an pendant 15 ans.
 
     Le plus étonnant est le cas des investissements d’avenir. Ainsi les universités: « La Conférence des Présidents d’Université de 2012 était au bord de la panique » souligne le journal. C’est qu’il manque 30 milliards d’euros pour la seule rénovation des bâtiments ! Quant à l’infrastructure de l’internet, elle est devant une impasse : le remplacement des vieux câbles en cuivre est jugé trop cher. « Or l’avenir n’attend pas ! » Madame Merkel avait promis en 2009 que « trois ménages sur quatre auraient accès au très haut débit en 2014. On en est à 13%. Elle s’était engagée à un minimum de 50 mégabits à la seconde. On en est à 6,5 en moyenne : moins qu’en Roumanie !  ». Enfin, il y a le casse-tête de l’énergie, rappellent les enquêteurs : « il manque plusieurs milliers de km de lignes de haute tension pour transporter le courant produit par les éoliennes du nord du pays vers les grandes concentrations d’usagers au sud et à l’ouest.  Le coût de l’opération reste dans l’ombre et risque d’être à la charge des consommateurs… ». L’Allemagne n’est peut-être pas « kaputt », mais elle a un sacré changement politique à opérer, si elle veut éviter un réveil douloureux
 
 
Francis Wurtz  24/10/2013
 
(1) 12-13/10/2013
 

Source Illustration : http://www.wiwo.de/images/deutschlandfahnen-reduziert/6828586/5-format23.JPG

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire