UN NOUVEL ARTICLE ? SOYEZ AVERTIS PAR MAIL !

mardi 29 octobre 2013

Coopé, s'esch so...

    Ca y est, c'est dans les DNA ce matin, mais on s'y attendait depuis un moment  : "Le groupe Coop démantelé" , "Coop Alsace cède ses 144 magasins à Carrefour" . L'Alsace, sur le même sujet, bien plus généreuse avec les lecteurs de son édition numérique, publie un article en accès libre : "La Coop veut céder ses magasins à Carrefour" . Article ne manquant pas de fond et d'où ressortent en gras les sous-titres "Nouveau plan social" et "Fin de la coopérative des consommateurs". 
 
     Oh, juste un petit plan social, peut être censé faire oublier les précédents : 75 à 80% des emplois seraient préservés ! Mais quid des 20 à 25% non préservés ?  Et les 75 à 80% d'emplois préservés seront ils pérennes ? On aurait tort de se plaindre, par les temps qui courent, c'est encore un bon plan ! Mais bien sûr, pourquoi ne le publierait on pas dans bon-plans.com ou dans leboncoin.fr ? A moins qu'il relève plus de vente-privee.com ?
 
     Ainsi va la vie dans un monde gouverné par l'internationale de la finance, mité par la mafia du capitalisme, hypnotisé par les puissances d'argent. On ne refera pas ici l'historique des dernières péripéties de l'Affaire Coop Alsace. Rendez-vous pour cela sur le site de Rue 89 Strasbourg pour y lire les édifiants articles qui y sont consacrés. 
 
     Fini la coopérative des consommateurs, même si selon Christian Divillet (PDG) Coop Alsace restera une coopérative et fonctionnera comme telle, avec une boucherie régionale, un centre logistique, des cafétérias et des participations dans des sociétés d'HLM (sic). Il n'en demeure pas moins que pour les partenaires sociaux, c'est la fin de la coopérative de consommateurs, comme le prévoient les articles 2 à 5 du Statut de la Coop Alsace (sic). Oui, la coopé, c'était d'abord une histoire d'association citoyenne et ouvrière constituée en  1902 par 125 métallos. Donc rien à voir avec les familles Leclerc et Mulliez ! Et il est évident que les actionnaires de Carrefour n'auront cure de "contribuer à la satisfaction des besoins et à la promotion des activités économiques et sociales des membres de Coop Alsace ainsi qu'à leur formation." (Art. 2) !
 
     Les puissances d'argent n'aiment pas les associations et les mouvements citoyens. Le démantèlement de Coop Alsace contribue très largement à l'entreprise d'intoxication généralisée de l'opinion publique visant à la figer dans la pensée unique du "There is no alternative", c'est à dire en dialecte mondialisé  "No we can't, s'esch so.". Pourtant la résistance aux idées reçues et à la langue de bois existe, notamment pour Coop Alsace à travers son association régionale de soutien.  
 
Jn-Mc
 
 
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire